Jeux Olympiques de Tokyo | Groupe B (F) : le Brésil se relance, la Suède corrige la Russie

Ces nouveaux résultats prouvent que la qualification en quart de final vaut cher et que chaque match sera un vrai combat ! Les Françaises sont prévenues et la bataille pour les quarts devrait nous tenir en haleine jusqu'au bout. Le Brésil domine la Hongrie et la Suède en fait de même et de quelle manière en donnant tout simplement une leçon à une Russie totalement amorphe.

crédit photo : IHF

Le Brésil gère son affaire

Hormis l'entame de match (4-1), la Hongrie n'est jamais réellement parvenue à gêner le Brésil qui va rapidement se remettre d'aplomb pour reprendre la tête des opérations (7-4 puis 17-11 à la pause). Eduarda Amorim (photo de tête) et les Sud-américaines dominent leur affaire et passent tranquillement la seconde période (23-16 puis 29-20). Les Hongroises recollent à 6 longueurs, mais voient la qualification s'éloigner après ce second revers (27-33).

crédit photo : IHF

La Suède en mode rouleau compresseur, la Russie hors sujet

Tarif syndical made in Suède ! Les Scandinaves continuent de surprendre leur monde et de dominer pour l'heure ce groupe après avoir passé 31 buts à l'Espagne, c'est 36 buts dans les valises pour la Russie. L'année de la Suède ? Pourquoi pas au vue de la qualité de jeu proposé avec défensivement et offensivement des joueuses concernés et propre dans le projet de jeu. Maintenant, force est de constater que la Russie ou Comité Olympique Russe a été tout simplement absent ce mardi. Jamais dans le bon rythme, des gardiennes en demi-teinte, des cadres maladroites et surtout rien à proposer tactiquement, les championnes olympiques sont loin de leur meilleur niveau ! Cela n'enlève en rien la prestation de qualité des Suédoises pendant l'heure de jeu, mais après 20 bonnes minutes, on voyait clairement ce match changer de camp (+6 au repos). Un récital offensif des scandinaves avec Carin Stromberg (photo ci-dessus), Roberts, Blohm, Hagman et consort torpillent une Russie qui ne trouve jamais son second souffle et le 36 à 24 au final ne souffre d'aucune discussion. Si la qualification reste toujours d'actualité, les championnes olympiques russes devront se remettre en question et surtout montrer un tout autre visage dans ces jeux !


Sébastien RIBSTEIN