Interview Loic GSCHWIND (ASPTT Mulhouse/Rixheim) : Retour au bercail pour Loïc !

Le jeune gardien alsacien va retrouver sa région d’origine pour la saison 2021/2022 après son passage en Proligue du côté de Besançon. Un nouveau défi de taille dans les rangs de l’ASPTT Mulhouse/Rixheim (N1 poule élite) au sein d’un collectif ambitieux. Entretien sans concession avec un joueur qui ne manque pas d’ambitions ni de motivation au sein de la Meute des Loups !

En toute décontraction et avec le sourire (comme toujours), nous retrouvons Loïc GSCHWIND au siège de l’ASPTT Mulhouse/Rixheim pour s’entretenir avec lui sur son nouveau club, ses ambitions et bien d’autres choses.


Comment s’est passé la prise de contact avec le club de l’ASPTT ? “Elle s’est faite à travers Mehdi Ighirri (entraîneur / joueur) et mon frère Jérôme (futur coach adjoint de Tremblay en France). Le club cherchait un gardien et comme je connais Mehdi, mais aussi pas mal de joueurs, j’ai écouté avec attention leur proposition et le projet sportif.”


En parlant de ce choix, as-tu eu d’autres offres, françaises ou étrangères ? “Oui tout à fait. Alors honnêtement, j’ai reçu quelques propositions dont notamment pour aller en Grèce de par l’intermédiaire d’un ami Thomas Bauer (ex gardien d’Istres et d’Aix) et aussi la possibilité de prolonger avec Besançon.”


Nous reviendrons sur l’aventure de Besançon un peu plus tard, mais quels ont été finalement les arguments qui t’ont décidé à signer avec l’ASPTT ? “Déjà l’envie de retrouver mes racines. Alors certes, poursuivre l’aventure avec Besançon était envisagé et surtout rester en Proligue. Cependant, après une longue réflexion car j’ai vraiment pris le temps, je me suis également concerté avec l’un de mes mentors Nicolas Pavillard (ex Saintes et entraîneur de Loïc). C’est vrai que j’ai connu pas mal de clubs jusqu’ici malgré mon jeune âge, l’envie de sortir de ma “zone de confort” avec en plus le beau challenge / projet sportif proposé par le club de l’ASPTT. Du coup, j’ai accepté de relever ce défi ! Je pense que c’est également un plus dans ma carrière pour pouvoir acquérir encore un peu plus d’expérience.”


Donc revenons un instant sur ta saison passée avec Besançon en Proligue. Au sortir de celle-ci (ps : il restait encore un match à jouer au moment de l’interview, mais le club bisontin avait déjà sportivement assuré son maintien en Proligue), ton sentiment sur cette année avec les conditions sanitaires si particulières ? “Ce fut une saison enrichissante, je ne le cache pas. Déjà de pouvoir évoluer à ce niveau avec une équipe de potes. Il est vrai qu’il y a quelques bémols, je te l’accorde. Sportivement nous avons assuré l’objectif de se maintenir, bon cela aurait pu être mieux, mais pas besoin de rentrer dans une polémique sans intérêt. Tout ce que j’ai à dire c’est que j’ai pris plaisir à évoluer avec ce groupe et que malgré mon départ, j’ai gardé de bons rapports avec les joueurs et le club (sourire).”

J'ai les crocs !

Maintenant, c’est donc sous le maillot des Loups que l’on va te retrouver pour la saison prochaine. Quels sont les aspects qui ont fait que tu signes avec le club ? “Déjà j’espère que le public pourra revenir lors des matches, car cette saison jouer à 8 clos…. De plus le public ici est passionné et derrière son équipe. De plus c’est un club familial et je connais pas mal de joueurs qui sont des amis.”


Quel est justement ton état d’esprit pour la saison à venir et ce nouveau challenge ? “J’ai les crocs je ne te le cache pas. Je viens avec la hargne. C’est vrai que je suis quelqu’un de très expressif, mais mentalement je vais tout apporter et amener ma pierre à l’édifice. Je reconnais qu’à 23 ans je manque encore un peu d’expérience, malgré les différents clubs que j’ai fréquenté avec des hauts et des bas, mais cela a clairement forgé ma personne et mon caractère.”


Un dernier mot à rajouter pour les supporters ? “Hâte de vous retrouver et que vous pouvez à nouveau encourager la Meute et nous porter vers le succès. A bientôt !”


Un grand merci à Loïc pour sa disponibilité et surtout sa bonne humeur. C’est une nouvelle aventure qui commence pour lui avec ce retour dans son Alsace natale et nous lui souhaitons le meilleur !


Sébastien RIBSTEIN