Interview de Jules Lignieres, Demi-centre français à Benidorm (Liga Asobal)

Passé de la N1 française à la Liga Asobal, Jules Lignieres nous raconte son quotidien dans le championnat espagnol.


Bonjour Jules, tout d'abord, comment vas-tu ? Bonjour, je vais bien merci. La période est quand même pesante. J’espère que tout va s’arranger dans les mois à venir.

Quelle est la situation sanitaire en Espagne ?

La situation sanitaire est à peu près comme en France. Port du masque dans la rue, couvre feu de 00h00 à 6h00. L’Espagne est un peu plus touchée que la France mais les mesures restent à peu près les mêmes pour essayer d’arrêter la propagation du virus.


Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu nous retracer le fil de ta carrière ?

J’ai commencé le hand à 6 ans au HBC Nantes. J’y ai joué jusqu’à mes 18 ans. Ensuite, je suis parti à Rezé pour m’épanouir au niveau senior. J'ai quitté le HBC Nantes, entre autres, pour des problèmes entre la direction du club et mon père. Pour l’anecdote, de 6 à 18 ans, je faisais en parallèle du foot et du hand.


Passé par le centre de formation de Nantes et le club de l'ASB Rezé en N1, que retiens-tu de ces années ?

Que du positif. Avec de beaux moments, surtout l’année de -18 ans avec Nadège Fromentin où on a fait une grosse saison. J’ai pu m’entraîner avec de très bons joueurs, ce qui m’a permis de voir la différence et de voir le travail à effectuer pour devenir meilleur. À Rezé, j’ai eu l’opportunité d’allier le sportif et jouer avec des copains. Les moments forts que je retiens avec le club de Rezé sont la montée en N1 et notre titre de champion de France.


En 2019, tu rejoins le club espagnol de Benidorm (Liga Asobal), comment se sont noués les contacts ?

Je ne cherchais pas à partir, ni à évoluer dans le monde professionnel. Mais le mari de Béa Escribano (joueuse au NLA et amie de sa sœur Léa ), entraîneur à Benidorm, est venu voir un de nos matchs. Nous avons commencé à discuter d’un éventuel départ. Son discours m’a tout de suite plu car je venais d’avoir mon BTS, et c’était l’opportunité d'avoir ma première expérience à L’étranger.

Peux-tu nous parler du championnat espagnol ?

C’est un championnat très relevé, avec beaucoup de jeunes prometteurs ou des joueurs plus âgés en fin de carrière. Il y a 8-9 équipes qui ont le niveau pour jouer en Lidl Starligue. La Liga Asobal est un championnat très attractif que je recommande à beaucoup de joueurs.


Parle nous de ton équipe de Benidorn ?

Notre équipe de Benidorm est homogène. Il y a des joueurs expérimentés comme Nikcevic, Paban, Grau et des jeunes joueurs très prometteurs comme Folques , Lopez qui sont internationaux. Les infrastructures sont bonnes, les entraîneurs sont de qualité. Il manque uniquement un peu plus d'engouement pour le club.


Comment s'est passée ton intégration, quel est ton rôle dans l'équipe ?

Mon intégration s’est parfaitement passée. J’ai appris la langue assez rapidement, Pablo Simonet (joueur passé par Ivry) m’a beaucoup aidé au début. J'ai plutôt un rôle de remplaçant, mais je suis content car j’ai quand même du temps de jeu, environ 25-30 minutes chaque match. En Espagne, je suis épanoui.


Quelles sont les différences entre le championnat français et la Liga Asobal ?

En France, le jeu est un peu plus physique. En Espagne, ça joue peut être mieux au ballon.


Actuellement en milieu de tableau (5 matchs, 1 victoire, 2 nuls, 2 défaites) comment se passe le début de saison ?

Le début de saison est moyen. Le fait qu’on se soit fait virer de la coupe d’Europe injustement nous a mis un coup au moral. En championnat, on devrait avoir 8 points sur 10 car on gagne tous les matchs de 3-4 buts, puis on se fait remonter à la fin. Nous avons un problème pour gérer nos fins de matchs.

Quels sont les objectifs du club ?

L'objectif du club est d'essayer d'accrocher une place en coupe d'Europe. Nous allons faire notre possible car il y a quand même des adversaires redoutables.


Ton objectif perso ?

Mon objectif personnel est de continuer à progresser en côtoyant de grands joueurs et de voir jusqu'à où je suis capable d'aller.


Comment se passe la vie en Espagne ?

La vie est bien plus agréable qu’en France (rires) parce que j’habite dans le sud de l’Espagne au bord de la mer, il y fait tout le temps chaud.

Vu que j’ai beaucoup de copains dans l’équipe, on prend le temps de visiter le pays et profiter, de temps en temps, des nuits espagnols (rires). J’aime beaucoup la culture et la nourriture. Les gens sont très accueillants donc cela rend mon aventure très agréable.


Si tu étais le coach de ton équipe de potes, quels seraient les 14 joueurs que tu sélectionnerais ?

C’est dur de choisir, je vais faire une équipe 100% française alors sans compter mes amis espagnols. Ailier gauche: Simon Landais, Malo Lignieres Arrière gauche : Daniel Mathey, Junior Scott

Demi centre : Tom Lahaye, Lucas de la Bretèche

Arrière droit: Ahmed Saidi, Baptiste Sorin

Ailier droit : Lucien Auffret, Simon Pelletier

Pivot: Dragan Pechmalbec (un peu de sérieux) , Hugo Makenzet

Gardien: Sébastien Bouny, Valentin Bachelé


Kiné: Theo Simon Martin

Ostéo: Paul Correia, Hugo Jaouen


Merci Jules pour l'interview, La team handballtransfert

💥 Vous cherchez un club ou des joueurs pour la saison prochaine : www.handballtransfert.com ⭐ Vous êtes joueur pro ou semi-pro et vous souhaitez vous faire accompagner. ➡ contact@handballtransfert.com

Handballtransfert.com
handballtransfert.de

La façon la plus simple et rapide
de trouver un joueur, un club
un entraineur de handball
  • Facebook
  • Instagram
#HandballtransfertCréateurD'opportunités