top of page

Interview de Christophe Viennet Coach de RiihimĂ€en Cocks en Finlande đŸ‡«đŸ‡ź



Salut Christophe, comment vas-tu ?

Salut la team handballtransfert, je vais bien merci.


Quel est ton programme jusqu'Ă  ton retour en France ?

Je suis aujourd’hui focalisĂ© sur l’atteinte des objectifs avec mon club de Cocks. Nous avons encore un challenge ambitieux devant nous, Ă  savoir remporter le championnat. Nous terminons la phase rĂ©guliĂšre du championnat cette semaine et allons dĂ©buter prochainement les sĂ©ries finales.

ParallĂšlement, je prĂ©pare la saison prochaine pour le club de Besançon (recrutement, organisation, construction du projet sportif
).

Suite à ton titre avec Sélestat en Proligue, comment es-tu arrivé sur le projet finlandais ?

J’avais fait le choix de rejoindre la Finlande et Cocks bien avant le titre avec SĂ©lestat. J’avais le choix entre ce projet et prendre la direction d’une sĂ©lection nationale. J’ai choisi la Finlande parce que la vie dans un pays nordique semblait mieux me convenir et que ce projet me motivait, notamment le fait de ramener le club de Cocks sur le chemin des titres nationaux qui lui Ă©chappaient les derniĂšres saisons.



Entrainer Ă  l'Ă©tranger, c'est quelque chose que tu avais en tĂȘte ?

J’ai toujours aimĂ© aller chercher des influences ailleurs donc oui cela a toujours Ă©tĂ© quelque chose qui m’attirait. Lorsque j’ai dĂ©cidĂ© de ne pas continuer Ă  SĂ©lestat, j’avais besoin d’un challenge qui me pousse Ă  me remettre intensĂ©ment en question au niveau professionnel. C’était donc le bon moment pour rendre cette idĂ©e concrĂšte !

Peux-tu nous présenter ton club, le RiihimÀen Cocks (infrastructure, dirigeant, staff,...) ?

C’est le club le plus puissant du pays, mais qui comme je l’ai dit plus haut Ă  laisser Ă©chapper pas mal de titres ces derniĂšres saisons, notamment en raison d’une forme d’incohĂ©rence dans son projet, Ă  savoir concentrer toute son Ă©nergie sur les compĂ©titions europĂ©ennes au dĂ©triment certainement des compĂ©titions domestiques. Le club tout comme l’arena appartient Ă  un richissime homme d’affaire finlandais qui est l’unique dĂ©cideur. Son ambition est de remporter une compĂ©tition europĂ©enne dans les 10 prochaines annĂ©es.

Les infrastructures sont de trĂšs grande qualitĂ©. L’arena, construite par le prĂ©sident pour le club il y a moins de 5 ans, dispose de 2500 places et de tous les atouts d’une salle de haut niveau moderne. Il existe mĂȘme une loge depuis laquelle les personnes peuvent suivre le match depuis un sauna surplombant le terrain.

Mon adjoint, Bojan Zupanjac, est un ancien joueur serbe de l’équipe. C’est d’ailleurs lui qui prendra ma succession.


Peux-tu nous présenter ton équipe ?

Mon Ă©quipe est trĂšs cosmopolite avec 10 nationalitĂ©s diffĂ©rentes. 11 nouveaux joueurs la composaient au dĂ©but de la saison. Le dĂ©marrage a donc Ă©tĂ© long et parfois chaotique, mais nous sommes aujourd’hui arriver Ă  un mode de fonctionnement performant. Cela nous a permis de remporter la coupe de Finlande sur le terrain de notre plus grand rival.

RĂ©ussir Ă  faire collaborer autant de cultures et de profils diffĂ©rents Ă©tait un vĂ©ritable dĂ©fi, mais je pense que nous en tirons tous aujourd’hui un enrichissement personnel et professionnel important.


Le championnat est trÚs hétérogÚne. Les 3 premiÚres équipes (Cocks, BK-46 et GrIFK) seraient compétitives entre la starligue et la proligue.

Quel est le niveau du championnat finlandais ?

Il est trĂšs hĂ©tĂ©rogĂšne. Les 3 premiĂšres Ă©quipes (Cocks, BK-46 et GrIFK) seraient compĂ©titives entre la starligue et la proligue. Il est cependant difficile de comparer car, les mentalitĂ©s sont assez diffĂ©rentes. À l’exception des matchs entre les Ă©quipes de haut de tableau, les adversaires acceptent avant mĂȘme le match la supĂ©rioritĂ© et ne tente pas d’inverser les rapports de force. Ainsi cela peut donner un certain nombre de matchs avec des Ă©carts importants et dont l’intĂ©rĂȘt peut rapidement disparaĂźtre.


Est-ce que tu as découvert des joueurs ou des jeunes talentueux ?

Oui il y a des jeunes joueurs trÚs intéressants ici. Ils sont peu nombreux, mais il y a une dizaine de joueurs qui peuvent faire le bonheur de clubs en France.

Je connais aussi deux jeunes joueuses du club. Elles sont trĂšs talentueuses : Ella Lahteenmaki et Pihla Pesonen. 😉(pari gagnĂ© !!).


En dehors du handball, qu'est ce qui t'a le plus surpris en Finlande ?

La vie sociale est ici trÚs différente de la vie française, mais le pays est trÚs joli et la qualité de vie est assez agréable.

Les finlandais sont des personnes discrĂštes et respectueuses, mais une fois le contact Ă©tabli, j’ai rencontrĂ© des personnes de grandes valeurs.

La seule chose rĂ©ellement difficile ici est l’absence de lumiĂšre en hiver !!

As-tu eu le temps de découvrir le sport national, le Hockey, si oui, qu'est ce qui t'a le plus impressionné ?

Oui je suis allĂ© voir plusieurs matchs de la ligue professionnelle et j’en ai Ă©galement vu d’autres Ă  la TV.

J’adore ce sport et la vitesse m’impressionne rĂ©ellement.

J’ai Ă©galement essayĂ© avec quelques joueurs sur une patinoire en plein air
et je vais m’engager dans une Ă©quipe loisir la saison prochaine en France !!


La saison prochaine, tu reviens dans ton club de coeur Besançon, quel est le projet du club ?

J’arrive avec l’idĂ©e de ramener de l’ambition sportive et de dynamiser l’organisation. Aujourd’hui, Besançon mĂ©rite mieux qu’une Ă©quipe dans le fond du classement de Proligue.

Mon souhait est d’aller lutter dans les accessits pour les play-offs. C’est un projet qui doit ĂȘtre portĂ© par l’ensemble des composantes du club, Ă  commencer par les joueurs qui composeront la nouvelle Ă©quipe et le staff sportif dont je serai le responsable.


Toute l'Ă©quipe handballtransfert te souhaite une bonne fin de saison

bottom of page