Interview d'Alex Dentz (ASPTT Mulhouse/Rixheim) : Redevenir le handballeur que j'étais !

Seconde recrue du club alsacien, le jeune demi-centre / arrière gauche, Alex Dentz qui n'est pas un inconnu dans la région. Le fils de l'arbitre Thierry Dentz et grand frère du pivot Edgar Dentz (Chartres) revient sur le devant de la scène avec des grandes ambitions et une grosse motivation. Entretien avec un garçon authentique et motivé comme jamais !

De passage dans les locaux de l'ASPTT Mulhouse/Rixheim, Alex Dentz était présent pour lui aussi faire définitivement partie du futur effectif alsacien pour la saison 2020/2021. Eloigné des terrains pendant 2 ans suite à une péricardite, Alex avait retrouvé les terrains et évoluait cette saison au sein de l'ASCA Wittelsheim son club formateur. Une saison écourtée suite à la crise du COVID, mais désormais c'est une page qui se tourne pour le fils de Thierry Dentz qui veut repartir de l'avant. Une volonté de revenir dans le monde pro et aussi de décrocher un travail dans le juridique après avoir obtenu un master en droit, économie, et gestion spécialisé RSE. Tout comme Jordan François-Marie c'est en toute décontraction et avec le sourire que nous avons rencontré l'ex joueur de l'ASCA Wittelsheim, Mulhouse HSA (Proligue / N2M) et de Cernay/Wattwiller (N2).


Bonjour Alex, tout d'abord un petit mot sur ce nouveau challenge au sein de l'ASPTT M/R. Les raisons de ce choix ?

Remettre le cap sur la handball, redevenir le handballeur que j'étais pour avoir à nouveau confiance en mon corps et dans mes projets futurs.


Revenons sur cette saison avec l'ASCA Wittelsheim. Que regard portez-vous sur cette aventure ?

Une saison très riche sur le plan humain, l'ASCA reste un club familial. Le seul bémol est que nous avions une équipe trop performante dans notre championnat par rapport aux autres et nous avons survolé le championnat sans vraiment de concurrence. On avait tous en tête d'aller au bout de la coupe de France, mais malheureusement nous avons échoué en 16ème de finale de l'épreuve (défaite aux tirs au but) et on avait tout misé la dessus. Cela reste une très bonne expérience niveau potes, ambiance, conviviabilité, tout en se faisant plaisir à jouer au hand.


Quelques regrets cependant ?

Non, une saison sans regrets, que du plaisir en fait, sans prise de tête. La petite bière (sourire) après la entraînements, la 3ème mi-temps après les matches. Une saison riche, l'ASCA reste quand même un club pionnier, une forte culture du hand et je le répète une saison bénéfique.


Quelque chose que vous voulez rajouter sur cette saison ?

Je remercie mes coéquipiers pour ce qu'ils m'ont apporté et cette bonne ambiance entre nous qui m'a fait du bien au moral, dans des circonstances ou je n'étais pas au meilleur. Des gens gentils, impliqués pour le club et pour ce maillot. Un président (Christophe Pozzi) vraiment top humainement et accessible, vraiment soucieux de ton bien être. Une très belle personne avec qui j'étais heureux de travailler pendant cette saison.


Revenons sur le choix de signer avec Mulhouse/Rixheim et revenir dans le milieu professionnel.

Un choix vraiment sur le plan personnel. Retrouver de l'impact physique, des entraînements tous les jours. Besoin aussi de changer d'écurie, de maison et dans un club que je ne connais pas enfin que sur le papier. Une volonté de tester une nouvelle expérience avec de nouvelles têtes, un nouveau projet et aussi le niveau de N1 m'a attiré comme à l'époque du MHSA, où j'avais connu ce niveau. Continuer à jouer dans le milieu haut-rhinois, aujourd'hui tu as seulement 2 clubs qui te proposent de pouvoir évoluer à ce niveau. Mon choix était soit Rixheim, soit Cernay en N2 où je connais bien la maison, mais je pense être arrivé au bout de ce que je pouvais apporter à ce club. Retrouver aussi à l'ASPTT des joueurs avec qui j'avais évolué à Mulhouse et que je connais bien. Maintenant à Cernay, ils ont une politique de renouvellement et de jeunesse et ce qui est aussi bien.


Qu'est ce qui vous a séduit dans le projet présenté ?

Un projet avec de réelles ambitions. Le club veut monter en Proligue et pourquoi pas faire partie du projet. Ce serait drôle dans le sens ou comme Mulhouse à l'époque et si l'on arrive à reproduire ça, cela ne peut être que bénéfique. Le fait également que je me retrouve avec mes "vieux" potes de Proligue avec qui j'avais déjà évolué avec le MHSA.

Au regard sur votre parcours jusqu'à présent, peux-on parler d'une certaine revanche personnelle ?

A titre personnel, j'ai rongé mon frein pendant des années. Mon frère Edgar a évolué en Proligue (Nancy / Nice) puis en Lidl Starligue (Chambéry / Chartres) et c'est aussi à moi maintenant de prouver que je suis capable de jouer à ce niveau là. Il y a eu aussi un petit côté de frustration entre mon père qui a côtoyé le très haut niveau, mon frère qui fait son petit bonhomme de chemin et je n'ai pas dit mon dernier mot pour montrer ce que je vaux réellement dans un projet ambitieux et qui en vaut la peine.


C'est une mini-revanche dans le sens où je suis resté sur le carreau pendant un certain temps. Ensuite, je suis consicent de ça et de mes qualités. On est tous différent dans la famille avec des parcours différents avec mon père qui a fait partie de l'élite mulhousienne et dans l'arbitrage international, Edgar qui joue à Chartres et qui était passé par des centres de formations. Maintenant, moi je suis toujours resté à Mulhouse et dans le coin. Le choix de faire des études et du hand en même temps. Le fait d'avoir décroché des études, me permet de me reconcentrer sur le handball et de prouver mon savoir faire et mettre cela en oeuvre pour Mulhouse / Rixheim.


Un mot sur la dernière période de confinement. Comment l'avez-vous vécue à titre personnel ?

Alors cette période de confinement m'a permis de me remettre au sport. Un impact très positif sur moi puisque j'ai repris mes séances de sport et de musculation. J'ai pu me remettre en mode sport / guerrier, en attendant que les choses reprennent leur cours. On sait que c'est une période sanitaire sensible, douloureuse. On déplore ce qui s'est passé pour beaucoup de personnes... Maintenant il faut repartir de l'avant avec bien entendu une pensée pour les personnes qui ont perdu leurs proches. J'ai moi même été confronté à ça, avec au mois de janvier le décès de mon père.


Pour conclure, un dernier mot à ajouter ? Que peut-on vous souhaiter pour la suite et dans les années à venir ?

Sentimentalement de trouver une personne qui me permet de retrouver mon équilibre de vie et de retrouver plus d'amour, de gaieté, aussi de m'épanouir handballistiquement, marquer beaucoup de buts, trouver un job dans lequel je peux également m'épanouir. Voilà, un équilibre sentimental qui va venir se mêler au hand. C'est un projet que je dédie également à ma famille, j'ai ai parlé à ma mère et mon frère de reprendre le handball. On en a beaucoup discuté en traversant cette phase très douloureuse et puis le fait de côtoyer de nouveau les salles de hand et les gens. Une pensée à Denis Reibel, à Marc Morgen, des amis qui ont toujours été dans le hand avec moi et qui vont pouvoir me voir évoluer sur les terrains. Mes pensées vont vers ma famille !


Un grand merci à Alex pour sa franchise et sa sincérité qui font de lui cette personne si attachante ! Nous lui souhaitons le meilleur pour la nouvelle saison qui s'annonce et une tendre pensée pour notre ami Thierry Dentz.


L'équipe HandballTransfert


Handballtransfert.com
handballtransfert.de

La façon la plus simple et rapide
de trouver un joueur, un club
un entraineur de handball
  • Facebook
  • Instagram
#HandballtransfertCréateurD'opportunités