CdF (M) | Paris et Nantes complètent le dernier carré

On tient le nom des 2 derniers demi-finalistes qui rejoindront le Fenix Toulouse et Chartres. Deux chocs pour conclure ces quarts de finales avec Nantes qui a su montrer les muscles notamment en seconde mi-temps pour décrocher le Pays d'Aix, tandis que Paris s'est offert une petite balade de santé en dominant Montpellier.

La conclusion de ce chapitre sur la coupe de France masculine avec le plateau des demi-finales. En attendant de connaître le résultat du tirage au sort de ce dernier carré, Nantes et Paris assurent devant leur public un aller simple en demi-finale. Deux rencontres qui tombent sous la coupe du H et du PSG avec deux scénarios opposés sur le forme, mais pas sur le fond.

Il aura fallu attendre la seconde période pour voir la prise de pouvoir de Nantes devant le Pays d'Aix. Longtemps, les Aixois tiennent tête au H et mènent la danse au repos (16-15). D'ailleurs, ce premier acte fut globalement en faveur du PAUC qui a mené sa barque (4-1 voir 15-12), malgré un seul but de différence à la pause. C'est vraiment à partir du retour du vestiaire que les Nantais choisissent de durcir le ton, mettre une pression défensive supplémentaire sur les épaules aixoises et qui va porter ses fruits. Emil Nielsen (10/21) monte lui aussi en puissance dans son but, Théo Monar ainsi que Rok Ovnicek voir Thibaud Briet se retrouvent à la conclusion pour faire basculer le cours de cette rencontre. La résistance du PAUC est mise à mal par le réveil de la jeune garde du H. L'excellent portier cubain Alejandro Romero (15 arrêts) a beau se démener, c'est bel et bien Nantes qui s'empare avec fermeté de la fin de match et composte sa place pour le dernier carré (32-27 SF).

La soirée s'est terminée du côté de Coubertin et l'affiche de ces quarts entre les deux derniers finalistes de l'épreuve va tourner court. De match, il n'y en aura finalement pas, tant l'équipe de la capitale s'est montré dominante voir plus et assomme Montpellier qui n'a fait que courir désespérément au score. 41 buts marqués et seulement 24 encaissés ! Voilà le bilan brut de décoffrage des Parisiens face aux Montpelliérains qui ont hélas vécu une calvaire ce jeudi soir. Outre les hommes forts côté Paris (Vincent Gérard : 19/ 39 soit 49% d'arrêts, Ferran Sole 6/7, Kamil Syprzak 9/10 ou le duo Nikola / Luka Karabatic 6/6 et 5/6), le MHB s'est vu mener du début à la fin du match. Que retenir de ce dernier quart de finale ? Il y a bien eu Hugo Descat (10/13 dont 8 pen) qui est sorti du lot, mais sinon pas grand chose à signaler. Rapidement privés de Valentin Porte, les Héraultais ne voient plus le jour et sont déjà largement derrière au sortir de la première mi-temps (9-19) et la suite va s'avérer encore pire... Une promenade de santé, mais avec sérieux et application pour le champion de France qui termine en roue libre (+17) et se qualifie sans encombre en demi-finale. Il y a des soirs avec et des soirs sans, ce fut clairement un soir sans pour Montpellier qui subit sa plus lourde défaite toute compétition confondue depuis 20 ans. La dernière remonte en 1999 et un revers de 17 buts du côté d'Ademar Léon (20-37) en ligue des champions au mois de novembre.


Sébastien pour Handballtransfert